Procès Séralini contre Fellous et AFBV – 18 janv 2011

GE Seralini

Victoire de Gilles Eric Séralini contre Marc Fellous, reconnu coupable de diffamation.


VICTOIRE !!! LE CRIIGEN se réjouit de la victoire du Pr. Gilles-Eric Séralini contre Marc Fellous

Marc Fellous, qui n’a jamais publié dans des revues internationales à comité de lecture sur l’évaluation sanitaire ou toxicologique des OGM agricoles, milite dans une association dépendante des intérêts industriels des biotechnologies végétales, critiquant sans discussion scientifique les travaux du Pr Séralini qui les gênent. Ce lobby, joint à Axel Kahn et Claude Allègre, représente ceux qui soutiennent une commercialisation des OGM agricoles sans tests qui dépassent 90 jours sur des rats, et sans tenir compte des effets significatifs, au détrment d’une évaluation sérieuse. Cela est extrêmement grave. Marc Fellous soutient dans une vidéo que nous l’avons attaqué parce qu’il voulait passer sur France 5, travestissant avec ridicule la réalité.

 

 

Quelques extraits de soutien de scientifiques :

« Je suis professeur émérite de biologie cellulaire à l’Université de Nice-Sophia Antipolis et je me porte témoin de la valeur intellectuelle et scientifique de Gilles-Eric Séralini. Connaissant ses prises de position courageuses, je ne suis pas étonné qu’il soit l’objet d’attaques et de dénigrement. Pour valoir ce que de droit. »
Ghislain NICAISE
« Je viens de participer (1er mai 2010) à une table-ronde au Vigan (30, France) avec le Pr G.E. Seralini. Je peux témoigner de la solidité de son argumentation scientifique et de son implication exceptionnelle dans une information dépassionnée. Le Pr. Seralini, à l’encontre de la pression hégémonique exercée sur la recherche par les multinationales de l’agro-alimentaire, travaille à identifier, prévenir, contrer les risques attachés à la diffusion inconsidérée dans l’environnement, et la chaîne alimentaire à destination humaine, d’organismes génétiquement modifiés dont l’incidence n’est nullement évaluée comme elle devrait l’être au regard des enjeux à considérer. La cabale dont il est l’objet ne fait qu’attester l’importance extrême des problèmes qu’il soulève, où l’économique et son pouvoir de mensonge ne peuvent en aucun cas l’emporter sur la préservation du vivant. »
Pierre Lieutaghi
« I fully support Professor Seralini, and condemn the victimization to which he has been subjected.  His work is respected and important. Professor Seralini brings great distinction to France, and is an inspiration to scientists around the world. » David Ehrenfeld
see http://www.rci.rutgers.edu/~deenr/DWE.html
« I strongly support the independent research of Professor Gilles-Eric Seralini on GMO risk assessment. We must keep our independent scientists actively working for the public benefit. » Ruth W. Shearer
see http://en.wikipedia.org/wiki/Seattle_Biomedical_Research_Institute

 

Soutien de Générations Futures :

«Parce que Générations Futures (ex-MDRGF), considère ces attaques comme honteuses et indignes du débat légitime que la communauté scientifique et la société civile doivent porter, notre association soutient sans réserve l’action du Professeur GE Séralini. Le débat sur les OGM est un débat crucial qui doit être mené dans le respect de chacun, il ne peut se satisfaire de propos outranciers et sans nuance de certains scientistes vouant un culte aux OGM. La régression environnementale, que pourrait engendrer le développement anarchique des biotechnologies dans le domaine agro-alimentaire, doit être prise en compte à la hauteur des enjeux planétaires que le choix (ou non choix) de recourir à ces technologies implique.» déclare le porte parole de Générations Futures, François Veillerette.

Communiqué de presse http://www.mdrgf.org/pdf/CP231110_GES.pdf

 

Cap21 soutient les lanceurs d’alertes

L’histoire nous apprend que le progrès technologique a été un facteur de développement humain considérable mais qu’il peut aussi avoir des conséquences sanitaires et environnementales désastreuses qui n’ont pu être empêchées faute d’une évaluation suffisante et de processus de décision efficaces. Les exemples sont nombreux dans l’histoire où des signaux précoces puis des avertissements évidents et tardifs ont été manifestement ignorés par ceux qui avaient le pouvoir d’agir.

Les organismes génétiquement modifiés font partie de ces nouvelles technologies suscitant la controverse scientifique quant à leurs possibles impacts pour la santé humaine et l’environnement. Plutôt que de reconnaître les signaux transmis par une partie de la communauté scientifique sur les risques que font peser certains OGM et de mettre en œuvre des politiques publiques proportionnées permettant de lever rapidement l’incertitude,  l’histoire semble se répéter. Ainsi les chercheurs qui osent poser le doute sur les plantes OGM comme Gilles-Eric Séralini, professeur de biologie moléculaire à l’Université de Caen et co-directeur du pôle pluridisciplinaires « Risques » se trouvent attaqués, dénigrés par certains de leurs pairs issus en particulier de l’Association Française des Biotechnologies Végétales, parrainée par des chercheurs bien connus comme Claude Allègre et Axel Kahn, et présidée par Marc Fellous, professeur de génétique et ancien président de la Commission du Génie Biomoléculaire (chargée d’évaluer les OGM avant le Grenelle de l’Environnement).

La question de l’organisation de la controverse scientifique, de la protection des lanceurs d’alerte reste toute entière à ce jour malgré les propositions que Corinne Lepage avait formulées dans le rapport remis en 2008 à Jean-Louis Borloo sur la gouvernance écologique.

C’est la raison pour laquelle CAP21 apporte son plein et entier soutien à Gilles-Eric Séralini dans le procès qui l’oppose à Marc Fellous

Fermer le menu