Herbicides à base de glyphosate : face à l’inaction sanitaire du gouvernement, le CRIIGEN saisit la justice et engage la responsabilité de l’ANSES

Herbicides à base de glyphosate : face à l’inaction sanitaire du gouvernement, le CRIIGEN saisit la justice et engage la responsabilité de l’ANSES

 

À la suite du jugement rendu par le tribunal administratif de Lyon annulant, pour violation du principe de précaution, l’autorisation donnée par l’ANSES de mise sur le marché du Roundup Pro 360, le CRIIGEN avait demandé au ministre de l’agriculture de retirer l’autorisation de mise sur le marché de tous les produits contenant du glyphosate. Aucune réponse n’a été apportée.

 

Parallèlement, deux méta-analyses (février et mars 2019) viennent de confirmer l’augmentation de 40 % du risque de lymphome non hodgkinien pour les utilisateurs d’herbicides à base de glyphosate, d’autres études établissant une action probable de perturbateur endocrinien et un risque pour la reproduction humaine.

 

D’autre part, une nouvelle décision de justice et la publication de nouveaux documents issus des Monsanto Papers établissent le lien de causalité probable entre cancer et glyphosate.

 

corinne Lepage

Dans ces conditions, l’inaction sanitaire du gouvernement apparaissant patente, le CRIIGEN, par l’intermédiaire de son conseil, le cabinet Huglo-Lepage avocats, a d’une part saisi le juge administratif de l’absence de réponse du ministre de l’agriculture et d’autre part engagé la première étape de recours indemnitaires contre l’État dirigé contre tous les ministres compétents (agriculture, santé, écologie) et contre l’ANSES pour faute. 

Fermer le menu