Arrestation/Garde à vue Scientifiques et Lanceurs d’Alertes

Arrestation/Garde à vue Scientifiques et Lanceurs d’Alertes

Kevin Jean, Président de Sciences Citoyennes, et l’un des initiateurs de l’appel des 1000 scientifiques (appel à la désobéissance publié dans Le Monde)  « Face à la crise écologique, la rébellion est nécessaire », signé notamment par plusieurs scientifiques du CRIIGEN, vient d’être arrêté, dans le cadre d’une action d’ANV-COP21 (Action Non Violente-COP21) face à l’Élysée avec un portrait de Macron à l’envers pour interpeler le Président sur son inaction écologique à deux jours des municipales maintenues, et sur le décalage entre ses discours et ses actes.

Lire un article de Reporterre (dont est issue l’image d’illustration de cet article)

En soutien à de multiples structures, dont des membres sont en ce moment même également en garde-à vue, le CRIIGEN publie ici le communiqué de presse de Sciences Citoyennes :

UN MASQUE CONTRE LE CORONAVIRUS N’EST PAS UN BAILLON

Suite à l’arrestation de son président, Kévin Jean, lors de l’action non violente #DémasquonsMacron, Sciences Citoyennes demande sa libération immédiate ainsi que celle des scientifiques et activistes également gardés à vue.

Hier le Président Macron affirmait sa confiance dans les scientifiques et réclamait à la Nation entière d’en faire autant. Ce matin, trois scientifiques et des activistes étaient interpellé.e.s pour avoir participé à une action non violente, rue de Suresnes à Paris.

Les scientifiques placés en garde à vue sont :

Ces trois personnes sont parmi les 1 000 scientifiques signataires de l’appel à la désobéissance civile et au développement d’alternatives,  publié par Le Monde, le 20 février 2020, intitulé  « Face à la crise écologique, la rébellion est nécessaire ».

De manière tout aussi arbitraire, Aurélie Trouvé, porte-parole d’Attac, des activistes d’ANV-COP21 et d’autres étaient eux aussi placé.e.s en garde à vue.

L’association Sciences Citoyennes dénonce ce nouveau dérapage étatique.

Les masques contre le coronavirus ne seront pas nos baillons.