Support Séralini Team for GMO Risk Research - CRIIGEN
Soutenir le CRIIGEN

Une nouvelle pomme de terre OGM mal évaluée

Mardi 9 Mars 2010

 

90 jours, 10 rats par groupe et un seul groupe nourri avec cet OGM, voilà les résultats qu'a acceptés l'EFSA comme sans problème pour la consommation animale de la nouvelle patate OGM : une honte !!! L'EFSA ne justifie pas pourquoi elle a accepté cela.

 Chez les animaux femelles, des différences statistiquement significatives dans les globules blancs et du poids de la rate ont été notées entre les animaux qui ont été nourris avec la pomme de terre transgénique (à 5%) et ceux qui reçoivent un régime contenant la variété isogénique.

Cependant, ces différences se situaient dans la fourchette de valeurs observées chez les animaux nourris au régime standard de rongeurs de laboratoire. En outre, ces changements n'ont pas été accompagnés d'éventuelles modifications dans d'autres organes lymphoïdes outre la rate. En outre, les conclusions de kystes dans la thyroïde vérifiés par microscopie ont légèrement augmenté dans animaux mâles consommant les régimes alimentaires avec la pomme de terre transgénique par rapport aux animaux nourris avec l'alimentation standard de laboratoire. Aucun kyste n'a été observé dans les thyroïdes des animaux femelles.

Les kystes thyroïdiens surviennent fréquemment chez le rat, tandis que leur fréquence varie au cours du vieillissement (par exemple, Takaoka et al., 1995). Aucune conclusion n'a été signalée qui pourrait être liée à un possible dysfonctionnement thyroïdien.

Par conséquent, le groupe OGM de l'EFSA considère que l'incidence légèrement accrue des kystes de la thyroïde chez les mâles nourris de pomme de terre transgénique est susceptible d'être due à la variabilité naturelle et ne nécessite pas d'autre évaluation de la sécurité alimentaire.

 

English follows : 90 days, one group of 10 rats only fed with this GMO, here are the results accepted by EFSA without problems for animal consumption of the new GM potato : a shame !! EFSA do not explains why they accepted that.

 In female animals, statistically significant differences in white blood cells an

d spleen weight were noted between animals that were fed the transgenic potato and those given a diet containing the parental cultivar. However, these differences fell within the range of values observed in animals fed the standard rodent laboratory diet. Moreover, these changes were not accompanied by any changes in other lymphoid organs besides the spleen.

 In addition, the findings of cysts in thyroids checked by microscopy were slightly increased in male animals fed diets containing the transgenic potato compared with animals fed the standard laboratory rodent diet. No cysts were observed in the thyroids of female animals fed either diet. Thyroid cysts occur commonly in rats, while their frequency varies during ageing (e.g. Takaoka et al., 1995). No findings were reported that could be related to any possible thyroid malfunction. Therefore, the GMO Panel considers that the slightly increased incidence of thyroid cysts in males fed transgenic potato is likely to be due to natural variability and does not trigger a further safety assessment.