Support Séralini Team for GMO Risk Research - CRIIGEN
Soutenir le CRIIGEN

Deux ans après, quels impacts de la recherche de l’équipe Séralini sur la toxicité du Roundup et d’un maïs OGM ?

Mercredi 18 Mars 2015

/user/image/communiquePicture_029475.pngCommuniqué de presse, Caen le 18 mars 2015

 

La recherche publiée par l’équipe du Pr Séralini sur la toxicité de l’herbicide Roundup et d’un maïs OGM le tolérant reste une découverte scientifique aux impacts réglementaires et politiques sans précédent. Le CRIIGEN publie un rapport sur les nombreuses avancées obtenues grâce à ces travaux.

 

 

Deux ans et demi après la publication dans la revue scientifique Food and Chemical Toxicology, par le Pr Séralini et son équipe de l'Université de Caen soutenue par le CRIIGEN, d'une étude toxicologique de long terme (2 ans) sur l'herbicide Roundup et un maïs génétiquement modifié le tolérant, le NK603 de Monsanto, un premier bilan s'impose sur les impacts scientifiques, réglementaires et politiques de ces travaux au retentissement international. Retirée de FCT en novembre 2013 après le recrutement d’un scientifique de Monsanto, l'étude est finalement republiée en accès libre (Open Science) dans la revue Environmental Sciences Europe en juin 2014 avec en complément les données brutes de l'étude, afin de refuser la censure imposée par les lobbies et d'encourager le débat scientifique.

 

Le CRIIGEN publie ce jour un rapport d'analyse détaillé sur les impacts en terme de régulation des OGM, incluant également une perspective sur les débats politiques suscités dans de nombreux pays (moratoires, étiquetage, etc). Entre 2012 et 2014, des Etats ont mis en place de nouvelles mesures sanitaires plus contraignantes sur les OGM : la Russie, le Kenya ou le Pérou ont ainsi institué des moratoires de culture ou d'importation. Aux États-Unis, c'est le débat sur l'étiquetage des OGM qui a rebondi avec de nombreux référendums sur la question entre 2012 et 2014. En Europe, après une phase de déni, c'est le débat sur la transparence et la pertinence des tests réglementaires visant à autoriser la mise sur le marché des OGM et pesticides qui a été relancé. Le débat s'est étendu ensuite à la nécessaire implication des pouvoirs publics dans le développement d'une expertise indépendante des entreprises.

 

L'association se penche avec un regard critique aussi sur l'émergence de nouveaux protocoles en toxicologie réglementaire pour évaluer la toxicité des OGM et des pesticides, une réponse qui reste encore lacunaire face aux failles du système sanitaire pointées par le Pr Séralini et ses collègues du CRIIGEN. Les travaux du Pr Séralini auront démontré non seulement les faiblesses des analyses limitées à trois mois, ou sur les seules molécules dites "actives" des pesticides, mais également à faire avancer la science dans ce domaine en poussant les autorités, et de nombreux chercheurs, à se réapproprier cette thématique de recherche dans un cadre plus transparent et ouvert.

 

Pour le Pr Gilles-Eric Séralini, président du comité scientifique du CRIIGEN : "La recherche à long terme que j'ai menée à l'Université de Caen sur les impacts sanitaires de deux produits commercialisés (Roundup et NK603) demeure par sa longueur et le nombre de paramètres mesurés unique au monde. Elle a beaucoup inspiré de chercheurs à travers la planète, et fait évoluer la réglementation. Elle n'a été contredite par aucun fait expérimental à ce jour. La propagande diffamatoire et le militantisme pro-OGM des lobbies industriels, et de certains experts des agences sanitaires, ont beau avoir souvent la parole, ils restent indubitablement contredits par les faits. Nous regrettons le laxisme des agences comme l'EFSA ou l'ANSES qui n'ont pas su avant 2012 mener les études indépendantes comme nous l'avons fait, et préfèrent donc nier nos résultats évidents que d'admettre leur mise en danger de la santé publique".

 

Pour le Dr Joël Spiroux de Vendômois, président du CRIIGEN : "Nous avons republié notre étude et mis à disposition de tous, l’intégralité des éléments biologiques et toxicologiques ayant permis de l’écrire (publication open source). Ainsi nous avons montré à toutes les agences réglementaires du monde, qui considèrent ces données comme secrets industriels, que la transparence est impérative pour assurer la protection de la population mondiale et des écosystèmes dont elle dépend. Le 21 ème siècle doit devenir le siècle de l'hygiène chimique".

 

Contact : criigen[at]criigen.info

 

Pour télécharger le rapport, cliquez ici

 

Voir les vidéos