Support Séralini Team for GMO Risk Research - CRIIGEN
Soutenir le CRIIGEN

Autriche : un Roundup sans glyphosate mais au vinaigre

Dans les rayons des jardineries autrichiennes, les consommateurs peuvent tomber nez à nez sur un Roundup nouvelle formule. Le glyphosate, considéré comme le principe actif par Monsanto, est en fait remplacé par du vinaigre…


Serait-ce le début d’une marche arrière, sous le poids de la polémique grandissante ? Ou peut-être un coup marketing intelligent pour conquérir le marché des jardiniers dubitatifs quant aux effets du glyphosate sur la santé ? Le fait est que depuis quelque temps en Autriche, les consommateurs ont la possibilité d’acheter une nouvelle formulation du Roundup, le pesticide numéro 1 de Monsanto.

 

En apparence, tout ou presque est similaire : même bidon, mêmes couleurs, même nom… Seul deux détails changent. D’abord, c’est la firme agrochimique américaine Scotts qui commercialise le produit, sous licence de Monsanto. Ensuite, modification de taille : ce Roundup est garanti sans glyphosate.

 

Faire du neuf avec du vieux


Or, selon l’entreprise de Saint-Louis, cette molécule est déclarée comme étant le principe actif de l’herbicide. Mais alors, comment fait effet ce désherbant si on l’expurge de de son principe actif ? La réponse pourrait se trouver sur l’étiquette. L’efficacité du pesticide tiendrait en réalité… du vinaigre, un produit bien connu des jardiniers pour ses aptitudes à dessécher les plantes.

 

Se pose alors une autre question : pourquoi « réinventer » le désherbant au vinaigre et l’étiqueter Roundup ? Pour le biochimiste Helmut Burtscher, qui travaille pour l’ONG GLOBAL 2000, il s’agit d’un compromis pour aider les jardineries à survivre face aux interrogations croissantes des consommateurs quant aux dangers du glyphosate, jugé cancérigène probable par le Centre international de recherche sur le cancer. « Les jardineries s’inquiètent de ce qu’elles peuvent dire à leurs clients. Elles ont indubitablement perdu des recettes. » Alors proposer un bidon de 3 litres de vinaigre à 30 €, c’est une occasion de se refaire la cerise.

 

Des dangers évalués ?


Ce coup marketing pourrait néanmoins cacher un coût sanitaire, une fois encore. Au CRIIGEN, on le sait bien, puisque des études ont montré que les co-formulants qui ne sont pas évalués par les instances sanitaires au prétexte qu’ils sont jugés inertes par les sociétés agrochimiques, se révèlent par eux-mêmes très toxiques.

 

Reste donc à connaître la liste des autres composants de ce Roundup sans glyphosate et établir une analyse de ce pesticide pour affirmer que les consommateurs peuvent l’utiliser sans mettre leur santé et l’environnement en péril.