Support Séralini Team for GMO Risk Research - CRIIGEN
Soutenir le CRIIGEN

Pétition contre le glyphosate : plus d’un million de signataires

Lancée il y a à peine 5 mois, une pétition demandant le bannissement du glyphosate en Europe a déjà recueilli plus d’un million de signatures. Un beau succès qui démontre qu’une bonne partie des Européens préfèrent se passer de ces pesticides.


Les habitants du Vieux continent ont parlé. Depuis le Traité de Lisbonne, signé en 2007 par les 27 États membres de l’Union européenne à l’époque, il existe la possibilité pour les citoyens de faire bouger les lignes politiques par l’intermédiaire d’un processus nommé initiative citoyenne européenne (ICE). Pour être audible, cette ICE doit rassembler au minimum un millions de résidents de l’UE, vivant dans au moins un quart des pays membres.

 

Ainsi, le 25 janvier dernier a été lancée la pétition Stop Glyphosate, qui comme son nom l’indique demande l’interdiction des pesticides à base de glyphosate, initiative soutenue et promue par le Criigen. Moins de 5 mois après, le mouvement citoyen annonce via un communiqué de presse avoir déjà recueilli plus d’un million de signatures, émanant des 28 États membres. De quoi pousser la Commission européenne à entendre et considérer les demandes des signataires.

 

L’Europe à l’écoute ?


Un succès populaire qui tombe alors même que l’UE relance la procédure de remise sur le marché des pesticides à base de glyphosate pour les 10 prochaines années, après l’avis rendu par l’agence européenne des produits chimiques (ECHA) en mars dernier, confirmant que la molécule ne présente aucun danger pour l’Homme. Des conclusions concordantes avec celles de bon nombre d’agences de santé, mais discordantes de celles de nombreuses études indépendantes, dont les travaux du Centre de recherche international sur le cancer (Circ), qui notent un lien entre le glyphosate et l’apparition de certains cancers.

 

Face à ces doutes importants et aux méthodes très immorales des défenseurs du glyphosate pour assurer la commercialisation de leurs pesticides et profiter de la manne financière qui en découle, les citoyens européens, indépendants des lobbys, ont montré leur volonté de supprimer ces pesticides de nos vies. L’Europe saura-t-elle entendre cette revendication ?