Support Séralini Team for GMO Risk Research - CRIIGEN
Soutenir le CRIIGEN

Droit de réponse du Pr Gilles-Eric Séralini

Jeudi 29 Mars 2012

Les critiques qui se sont manifestées suite aux interventions du Pr. Séralini en Australie sont de manière peu surprenante celles des compagnies de biotechnologies et de leurs défenseurs déjà condamnés en diffamation contre lui. Celles-ci épluchent en permanence son CV, ses récompenses, mais ne prennent pas la peine de lire ses publications scientifiques qui étayent le propos de ses conférences.

Les agences sanitaires comme FSANZ en Australie ou la FDA aux Etats-Unis, ou l'EFSA en Europe, où figurent les membres de ces lobbys ne publient que des opinions sur des sites Web. Cela n'est pas assez pour atteindre la communauté scientifique internationale qui au contraire félicite régulièrement le Pr. Séralini. Par contre ces agences qui se disent indépendantes attendent les scandales sanitaires et la preuve par les morts (3000 pour le médicament Mediator autorisé par ce type d'agences) pour prendre en compte les alertes qui vont bien souvent à l'encontre des intérêts commerciaux dont ils semblent se faire les serviteurs.

Par ailleurs plus de 1 200 chercheurs de 30 pays ont défendu le Pr. Séralini dans le procès en diffamation qu'a perdu M. Fellous, et cela n'a pas été étranger à son prix de l'International Biographical Center. Le paiement de certaines récompenses que le professeur n'a pas effectué lui-même est demandé aussi par exemple pour la médaille de la légion d'honneur, de l'ordre du mérite que le professeur a reçu, l'habit de l'Académie Française et d'autres cas.

Enfin ceux qui critiquent en Australie les liens entre le Pr. Séralini et le "business homéopathique" n'ont certainement pas lu les articles où ce chercheur teste des extraits de plantes de manière non homéopathique sur la détoxification cellulaire. Les stupidités vont bon train dans les pays où le dollar est roi.