Support Séralini Team for GMO Risk Research - CRIIGEN
Soutenir le CRIIGEN

Les communiqués de presse

Bienvenue sur la page du Criigen dédiée à l'actualité et la publication des communiqués de presse de l'association. Vous trouverez ici tous les liens utiles, les informations et les documents nécessaires pour suivre l'actualité du Criigen et contacter ses membres. 

Détoxification des cellules humaines - Avril 2011

Lundi 11 Avril 2011

EMPECHER LES EFFETS DE LA POLLUTION

ET DETOXIFIER NOS CELLULES: C'EST POSSIBLE !

 

L'équipe du Professeur Séralini à l'Université de Caen et du CRIIGEN (www.criigen.org) démontre les effets négatifs de polluants communs (les herbicides Roundup ou Atrazine, le plastifiant Bisphénol A) sur des cellules humaines. Des combinaisons d'extraits de plantes biologiques, mises au point par la Société Sevene Pharma et dosés de manière précise, ont été capables à la fois de prévenir et détoxifier au moins en partie dans des temps courts les effets cellulaires de ces polluants. Cela ouvre la porte à une nouvelle voie, l'écomédecine, qui n'évitera pas une réglementation moins permissive de l'utilisation des pesticides et de divers polluants.  

"Dig1 protects against cell death provoked by glyphosate-based herbicides in human liver cell lines" Gasnier et al. Journal of Occupational Medicine and Toxicology 2010, 5:29

 "Defined plant extracts can protect human cells against combined xenobiotic effects" Gasnier et al. Journal of Occupational Medicine and Toxicology 2011, 6:3

Colloque International à l'Université de Caen -26 Mars 2011

Mercredi 30 Mars 2011
 

Nous remercions tous les co-organisateurs (voir ci-dessous) du colloque international qui s'est déroulé à la Maison de la Recherche en Sciences Humaines (MRSH) à l'Université de Caen, les 24, 25 et 26 mars 2011. L'objectif était de pouvoir apporter des nouvelles propositions sur l'évaluation des technologies et des biotechnologies pour un environnement durable au niveau européen.

 

Ce colloque a été très riche non seulement par les thèmes abordés (voir programme) par des personnalités de qualité, il a surtout permis d'ouvrir le débat et de réflechir tous ensemble à des solutions viables. Un livre sera publié prochainement.

 

 Co-organisé par : Université de Caen MRSH-CNRS (www.unicaen.fr), Pôle Risques, Qualité, et Environnement Durable (www.unicaen.fr/recherche/mrsh/risque.), CRIIGEN (www.criigen.org), ENSSER (www.ensser.org), Fondation Sciences Citoyennes (www.sciencescitoyennes.org), Genok (www.genok.org), et l'Association Santé Environnement Grand Ouest (ASEGO)

 

CULTURES MONDIALES DES OGM en 2010 (commentaire selon les chiffres de l'ISAAA).

Jeudi 17 Mars 2011

 

Cultures mondiales des OGM

Après 15 années de commercialisation, les OGM atteignent 9,8% (148 millions ha) des cultures mondiales (progression annuelle <1%). Ces OGM sont toujours répartis seulement en 4 plantes (soja, maïs, coton, colza) dont les 2 premières totalisent 81% de l'ensemble, malgré les nombreuses autorisations de cultures non exploitées. Ces OGM sont pour la totalité des plantes à pesticides, c’est-à-dire des plantes qui ont été modifiées soit pour tolérer un herbicide (comme le Roundup) qu’elles peuvent alors absorber sans mourir (61%), soit pour fabriquer un insecticide (17%), soit encore pour cumuler les deux caractéristiques à la fois (jusqu'à 3 tolérances à des herbicides et 6 productions d'insecticides, selon les plantes). Les autres promesses ne sont pas tenues. Le continent américain regroupe 87% de toutes les surfaces d'OGM, et 97% des OGM alimentaires (le coton étant également cultivé de façon importante dans d’autres pays comme l’Inde ou la Chine...). Face à ces cultures d’OGM, la résistance apparaît dans le monde entier. L'aubergine transgénique, par exemple, a été stoppée en Inde. En Amérique, comme partout ailleurs, les OGM ne sont pas évalués plus de trois mois sur la santé des mammifères avec analyses de sang avant autorisation. De plus, ils ne sont pas non plus étiquetés et se diffusent ainsi plus facilement. En Europe, au contraire, les OGM qui sont essentiellement cultivés en Espagne, représentent  moins de 0,001% des surfaces cultivées. 

Nous déplorons qu'un organisme comme l'ISAAA (Service International pour l’Acquisition des Applications des biotechnologies Agricoles) commence son compte-rendu en affirmant que "Les cultures OGM augmentent les bénéfices de l'économie, de l'environnement et du bien-être", alors que ces OGM servent essentiellement depuis le début à nourrir les porcs, vaches et poulets des pays riches, contribuent à la pauvreté et aux malnutritions mondiales, et font courir des risques environnementaux et sanitaires chroniques.

Contact : Prof. Gilles-Eric Séralini - criigen@unicaen.fr

 

Prévention d'intoxication de cellules hépatiques humaines

Mercredi 2 Février 2011

L'équipe du Pr Séralini de l'Université de Caen en France vient de publier une étude sur les mécanismes d'intoxication hépatique et de prévention. L'intoxication de cellules hépatiques en lignées est provoquée par les résidus de l'herbicide majeur du monde, présents dans 53% des eaux de surfaces et la vaste majorité des OGM agricoles, le Roundup. La prévention est obtenue par une substance nommée Dig1 à base de plantes biologiques cultivées en France. Cette préparation a été élaborée dans un dosage précis par les laboratoires Sevene Pharma.

 

Pour en savoir plus :  http://www.occup-med.com/content/pdf/1745-6673-5-29.pdf

LES OGM fabriqués au lycée avec quelle sécurité ?

Mardi 1 Février 2011
Depuis plusieurs années les programmes de Sciences de la Vie et de la Terre des lycées prévoient d’enseigner la transgénèse, technique d'obtention des OGM, aux élèves de terminale scientifique (option spécialité bio), et depuis la rentrée 2010 à tous les élèves des classes de secondes générales et technologiques. Cet enseignement propose des travaux pratiques portant sur la transformation de levures et de bactéries grâce à des kits dont la manipulation exige normalement de strictes précautions d’emploi, notamment en raison de l’utilisation d'un gène de résistance à un antibiotique, l’ampicilline, utilisé en médecine humaine. 
Devant la banalisation de ces manipulations, le CRIIGEN :
  • S'inquiète du fait que ce sujet sensible fasse l'objet de travaux pratiques où la transgénèse est présentée comme une technique totalement maîtrisée auprès de jeunes élèves n'ayant pas le recul nécessaire pour apprécier les conséquences et les retombées de telles technologies,
  • Regrette que le temps imparti à l’enseignement de cette biotechnologie (acquisition d’un « savoir-faire ») soit pris sur celui nécessaire à l’acquisition de connaissances en biologie et de l'observation (exercice du « regard »),
  • S’interroge sur les conditions de sécurité dans lesquelles ces expériences seront conduites pour éviter une contamination de l’environnement par les réactifs utilisés et les produits obtenus lors des séances de travaux pratiques, et s'interroge sur l'équipement de stérilisation, d'autoclavage ou de décontamination des lycées,
  • Se questionne aussi sur la violation des directives européennes encadrant les manipulations des OGM en espaces confinés. 

En attendant un débat contradictoire public sur ce sujet à l'APBG, association de professeurs qui promeut la vente de ces kits, avec par exemple le CRIIGEN et le groupe de lobbys des biotechnologies bien connu DEBA, cité par l'APBG, et en attendant une information transparente et contradictoire sur les risques, le CRIIGEN propose un moratoire sur la vente de ces kits à des fins d'éducation dans l'enseignement secondaire.

Contact: criigen@unicaen.fr
Janvier 2011

La Fondation Sciences Citoyennes et ENSSER heureux du rendu du procès de GE Séralini ! 20 janv. 2011

Jeudi 20 Janvier 2011

 

voir ici : http://www.terre.tv/fr/3472_le-lanceur-dalerte-gilles-eric-seralini-attaque-en-diffamation- 

La Fondation Sciences Citoyennes et le réseau de chercheurs européens engagés pour une responsabilité sociale et environnementale (ENSSER) se félicitent du jugement rendu par le Tribunal de Grande Instance de Paris dans le procès en diffamation intenté par Gilles-Eric Séralini, Professeur à l’Université de Caen, président du Conseil scientifique du CRIIGEN (Comité de recherche et d’information indépendantes sur le génie génétique) et spécialiste des effets des pesticides et des OGM sur la santé. Ce procès visait le lobby des biotechnologies incarné par l’Association française des biotechnologies végétales (AFBV) et son président Marc Fellous. Celui-ci a été condamné à 4000 € de remboursement de frais de justice ainsi qu’à 1000 €  d’amende avec sursis et 1 € de dommages et intérêts. 

Après la publication de ses contre-expertises remettant en cause l’innocuité sanitaire de trois maïs OGM de la firme Monsanto, et interrogeant donc le bien-fondé des autorisations délivrées par la commission européenne sur l’avis de l’Agence européenne de sécurité des aliments (AESA), G. -E. Séralini a fait l’objet d’une violente campagne de dénigrement, notamment de la part de scientifiques de l’AFBV dont de nombreux membres sont directement liés aux firmes de biotechnologies, soit parce qu’ils sont en relation d’affaires avec elles, soit parce qu’ils occupent des fonctions dans ces groupes industriels. 

Ce verdict condamne la démarche de certains scientifiques qui utilisent les armes du discrédit mensonger pour masquer leur incapacité à porter une contradiction argumentée, encadrée par les règles de déontologie et les procédures en vigueur au sein de la communauté scientifique. En plein scandale sanitaire autour du Médiator et de nombreuses autres affaires (perchloroéthylène, héparine chinoise, bisphénol A,...) où se multiplient les exemples de conflits d’intérêt, il est urgent de promouvoir le respect d’une expertise transparente et contradictoire comme l’ont manifesté plus de 1000 scientifiques à travers le monde et 15000 citoyens en apportant leur soutien à Gilles-Eric Séralini.

  

 

 

Débat à l'EFSA avec des scientifiques indépendants - 12 jan. 2011

Mercredi 5 Janvier 2011

 

L'EVALUATION DES RISQUES DES OGM
DEBAT ORGANISE PAR Mme LEPAGE ET M. LYON (ALDE) Euro-Députés
au Parlement Européen - Bruxelles

Progamme du 12 janvier 2011

Nouvelles critiques des insuffisances et erreurs de l'EFSA sur les évaluations des OGM - Oct. 2010

Mardi 19 Octobre 2010

 

Une nouvelle critique vient d'être publiée sur les insuffisances scientifiques précises des comités de régulations, comme l'EFSA, pour les évaluations des risques sanitaires des OGM. Cela vient de paraître dans l'International Journal of Biological Sciences, et est signé par une équipe du CRIIGEN coordonnée par le Pr. Séralini Il s'agit d'une réponse détaillée à la compagnie Monsanto, et aux commentaires sur leurs sites internet de divers comités nationaux acceptant leurs OGM, concernant une précédente étude du CRIIGEN montrant les signes de toxicités hépatorénales après consommations de ces OGM. Ceux-ci augmentent la présence de nouveaux résidus de pesticides dans l'alimentation. Les raisons scientifiques des interprétations biologiques différant de manières cruciales sont présentées. Cet article montre les raccourcis des protocoles expérimentaux réalisés par la compagnie et acceptés par les autorités. Par exemple, seulement 40 rats ont subi des analyses sanguines sur 80 consommant des OGM, sur un total de 400. Ces expériences durent simplement trois mois pour évaluer la consommation mondiale des OGM par des populations durant leur vie entière. Cette situation implique des responsabilités énormes sur la santé publique, d’autant plus que  la traçabilité et les études épidémiologiques sont inexistantes dans les pays produisant des OGM. Elle remet finalement en cause l'indépendance des comités d'évaluations.

Référence : 
de Vendômois JS, Cellier D, Vélot C, Clair E, Mesnage R, Séralini GE. 
Debate on GMOs Health Risks after Statistical Findings in Regulatory Tests. Int J Biol Sci 2010; 6(6):590-598.

 

Soutien au Pr Séralini et à ses collaborateurs

Vendredi 16 Juillet 2010

 

Pour une science indépendante et contradictoire

Plus de 600 scientifiques provenant d'environ 30 pays, soutiennent le Pr. Gilles-Eric SERALINI, ses collaborateurs, le CRIIGEN et ses travaux, pour une science indépendante et contradictoire. La Fondation Sciences Citoyennes et le Réseau de Scientifiques Européens engagés pour une responsabilité Sociale et Environnementale (Réseau ENSSER) le défendent sur leur site Internet en recueillant chaque jour des soutiens. Il a été vivement attaqué par la Société Monsanto ainsi que par des agences réglementaires ayant donné des avis en faveur de l'autorisation des OGM et des scientifiques appartenant ou ayant appartenu à ces agences. Il vient de citer en diffamation le Pr. Marc Fellous et l'Association Française des Biotechnologies Végétales. Les recherches et expertises du Pr. Séralini sur la toxicité des OGM et de pesticides dont le Roundup ont un retentissement international notamment en Inde où elles ont aidé au moratoire sur l'aubergine OGM, au Canada, en Europe, aux Etats-Unis.

 

Pour en savoir plus : lire la lettre de soutien et le dossier Annexe

Pour signer : http://sciencescitoyennes.org/spip.php?article1801

L'évaluation de l'impact sur la santé des OGM repose sur certaines base scientifiques ineptes - Juin

Mercredi 9 Juin 2010
L’évaluation de l’impact sur la santé des OGM agricoles (plantes à pesticides), ainsi que des pesticides, repose sur certaines bases scientifiques ineptes mettant en péril la santé publique.
Le CRIIGEN a réalisé et publié des expertises sur les tests sanitaires effectués par Monsanto avant la mise sur le marché de trois de ses maïs génétiquement modifiés (Mon863, Mon810 et NK603) (1). Ce que révèlent les réponses de Monsanto et de certains organismes officiels (HCB, EFSA, FSANZ) est effarant (2).
Hormis le fait que Monsanto et ces organismes accréditent l’idée que trois mois d’expérimentation sur de jeunes rats suffisent à garantir une innocuité pour les citoyens, ils soutiennent indirectement, entre autres, les trois contrevérités scientifiques majeures suivantes (3) : 1) il existe toujours une proportionnalité entre la dose d'un traitement et l’effet biologique ; 2) les effets d’un produit toxique sont toujours identiques chez les mâles et les femelles ; 3) toute anomalie biologique ou biochimique doit être corrélée à une modification anatomopathologique.
Les protocoles expérimentaux ainsi que les bases scientifiques qui sous-tendent l’évaluation des OGM et des pesticides ne sont donc pas aptes à garantir l’innocuité de ces produits. S’ils l’étaient nous ne subirions sans doute pas aujourd’hui la recrudescence de pathologies environnementales, véritable catastrophe sanitaire. Une réforme urgente et drastique de l’évaluation des OGM et des pesticides s’impose.
1- Séralini et al. Arch. Environ. Contam. Toxicol. 52, 596-602 (2007) ; J. Spiroux de Vendômois et al., Int. J. Biol. Sci, 5, 706-726 (2009).
2- Voir dossier « réponse à Monsanto et al. »
3- Séralini et al. Int. J. Biol. 5, 438-443 (2009).

Contact : Pr G-E. SERALINI criigen@unicaen.fr - tél : 02 31 56 56 84